Whakatane to Rotorua, New Zealand

Distance: 62 miles
Time on bike: 1.75 hours

We have to get up early today as we need to get down to the local wharf for 8.45 am to store the bikes in a garage before heading off on a boat trip to White Island which is located about thirty miles off the coast.

This is the most active volcano in New Zealand and the only active marine volcano in the country; and quite remarkably they run tours to the island when the weather permits landing. This is something we’d wanted to do at some point, but we’re quite luckily to go because some of the other planned activities were not possible.

It’s a two hour journey to the island on the 73 foot long ‘PeeJay V’ and we’re taking the big rolling waves head on for just about the whole journey. We spend most of the time at the front of the boat, enjoying the views as the volcano draws closer and keeping our eyes trained on the horizon to minimise any motion sickness setting in.

The island was spotted on Cook’s first voyage to New Zealand and he named it White Island, on account of its appearance and possibly because of the white clouds of steaming gases which emanate from it – he didn’t get close enough however to realise that it was a volcano. The first Europeans to actually land were in 1826 and the island was purchased from the Maori in the 1830s in exchange for a couple of barrels of rum. Despite being declared a national reserve the island is still in private ownership and £10 of the trip cost is a landing fee payable to the owners.

There are 39 people on board and we’re split into two groups for the two hour walk around the island. As we get closer and then actually on the island it makes our previous recent experiences with geothermal activity a bit like playschool. This is an actual volcano and when we get on the beach we’re only a couple of hundred metres from the edge of the crater and there’s steam coming out of the sand and vent holes blowing gases all over the place. Superb.

We’re given hard hats to wear in case of any rocks being spat and gas masks because of the acidity in the venting gases. We’re in luck that the wind is blowing in the right direction so we don’t really need the gas masks, but we do have a couple of sweets which helps generate a bit of saliva to help dilute the acidity that we’re breathing in the atmosphere.

We have to follow a predetermined path and the guides are strict in keeping people to it. Around the vent holes the ground is very unstable and covers boiling pools of mud which would ruin your clothes. We then get taken to the most active part of the volcano which has steaming gases bursting out of the surface. There are sulphur craters around where the ground is a vivid yellow and we also see a newly formed stream of liquefied ash which the guides have never seen before. We ask if this is a sign of impending volcanic activity, but they seem fairly relaxed about it and will report it to the geologists that monitor the island.

We then get to the edge of the crater which is filled with steaming gases and we’re lucky that the wind blows strong enough that we just get to see the pool of highly acidic green liquid that fills the crater. As we’re moving away towards another part of the volcano we hear what sounds like spitting coming from the crater but this turns out to be a landslide from high on the edge of the crater and the guides panic and get everyone to clear the area and get up to high ground.

The landslide gathers momentum and we hear the rocks crashing into the acidic pool in the crater and there’s a bit of uncertainty about what to do next. Again, the guides tell us that this is the first time they’ve experienced that much activity in over four years of running the tours to the island. It’s all a bit exciting at this stage.

The island was inhabited in 1913 to mine sulphur for fertilizer, however this operation ceased in 1914 when a huge landslide destroyed all the buildings and killed the ten people based on the island. Despite searching, their bodies were never recovered. Only the cat survived and he was given the name ‘Peter the Great’.

We get to see the remains of the buildings that were used for sulphur extraction and then make our way back to the boat. It’s been an amazing experience to have walked around an active volcano and we’re very pleased to have been able to do it.

Back on the boat we have lunch before setting off for the return journey. It’s as if someone slipped sleeping pills into the food as everyone is collapsed on the seats and the ninety minutes literally fly by.

It’s just after 3 pm when we land and get back to the bikes. It’s a nice evening and we aim for Rotorua to spend the night as we’re aiming to get up to Auckland tomorrow. It’s not a long ride and we have a lovely evening for the ride which takes us along past a couple of lakes before arriving in the place they call the Sulphur City, Rotovegas, Rotorua.

We check into a cabin on a thermal campsite and after popping to the shops make ourselves a lovely seafood mie goreng. We then spend the evening relaxing in the three hot pools on site before collapsing in bed. In just over a week we’ll be back in England and all of this will be literally on the other side of the planet. But days like this make the trip what it’s been all the way along – pretty cool.

Jour 420 – Dimanche 12 Juin 2011. De Whakatane à Rotorua, Nouvelle-Zélande.

Distance: 99 km– Temps à moto: 1.75 heures

On doit nous lever tôt ce matin comme on doit être au bateau à 8h45, pour avoir le temps de mettre nos motos dans le garage des organisateurs et de monter sur le bateau avant 9h15 pour aller sur l’Ile Blanche qui est à 50 km de la côte.

L’ile est le volcan le plus actif de Nouvelle-Zélande, et nous avons la chance de pouvoir y aller. Nous y allons sur le ‘PeeJay V’, un grand bateau à moteur. Il y a un peu de vagues et ça remue pas mal, mais heureusement on n’a pas le mal de mer. Le bateau met deux heures à arriver sur l’ile et on passe presque tout le trajet à l’avant du bateau a profiter de la vue, il fait beau ce matin et le soleil brille, c’est vraiment agréable après les derniers jours de pluie.

L’ile fut nommée par le Capitaine Cook a cause des nuages blancs de vapeur qui s’échappe du volcan. Des Européens ont ensuite acheté l’ile des Maoris pour quelques futs de Rhum dans les années 1830 et ils y ont commencé l’extraction de souffre, mais l’extraction fut interrompue par l’activité volcanique au début des années 1900. Maintenant l’Ile est une réserve naturelle, mais c’est toujours une propriété privée et il faut payer un droit d’entrée pour y débarquer.

Nous sommes 39 sur le bateau et quand nous débarquons sur l’ile, nous sommes séparés en 2 groupes et nous avons deux guides avec nous qui nous expliquent l’histoire de l’Ile, et nous montrent ou nous pouvons aller sans prendre trop de risque.

C’est assez impressionnant d’être ici, l’Ile fume constamment, et il y a des roches de toutes les couleurs, jaune, rouge, vertes, noires, grises, mauves… c’est une Ile qui nous donne un peu l’impression d’être sur la lune. On n’a le droit d’aller sur l’Ile que si on met un casque et on doit emmener un masque, qui si on passe trop près de fumées irritantes, nous permettra de pouvoir respirer. On voit des flaques d’eau qui bouillonnent comme des bouilloires,  et de la vapeur sortir de trous avec à leur pieds des cristaux de souffre jaune. On voit aussi un drôle de liquide visqueux verdâtre qui coule au bord de ces ‘bouilloires’, bizarrement, notre guide nous dite que c’est la première fois qu’il voit ça, on espère que ça n’est pas un signe d’activité volcanique plus importante que d’habitude.

On s’avance jusqu’à quelques mètres du bord du cratère, et au départ, on n’en voit pas le fond comme il y a de la vapeur qui en sort, mais après un petit coup de vent, nous apercevons pendant quelques secondes le lac qui est au fond du cratère. Les guides nous donnent des bonbons à sucer quand on s’en approche car l’air y est un peu irritant, c’est du à l’acidité du liquide au fond du cratère. Alors qu’on s’éloigne du cratère, on entend au loin un drôle de bruit, on ne voit rien bouger comme ça vient de derrière les nuages de vapeur, mais on comprend vite que c’est un éboulement de l’autre cote du cratère, et le guide nous demande de nous éloigner au plus vite, et d’aller au point le plus élevé le plus proche. Encore une fois, c’est la première fois que les guides ont entendu un éboulement, et on sent qu’ils sont prêts à nous faire courir s’il le faut. Ils nous rassurent un peu en nous disant que des géologistes ont des détecteurs de mouvements dans diverses parties de l’ile et qu’en cas du moindre mouvement, nous serions alertes, et avec un peu de chance nous aurions le temps d’atteindre le bateau.

A partir de 1913, il y avait des mineurs sur l’ile pour y extraire du souffre, mais un gros éboulement a détruit une partie des bâtiments en 1914 et 10 personnes y sont mortes, le seul survivant fut le chat qui a été nommé ‘Peter le grand’ par la suite.

Avant de quitter l’ile on passe dans les bâtiments de la mine qui sont remplis de débris et dont toutes les parts en métal sont bien rouillées à cause de l’acidité de l’air.

On remonte ensuite sur le bateau, impressionnes par notre expérience. Le temps de manger un morceau, et bizarrement, tout le monde semble s’endormir a bord du bateau qui reprend la direction de Whakatane.

On arrive vers 3 heures, et comme il fait vraiment beau on est contents de reprendre les motos et de reprendre la route. On veut être de retours a Auckland demain soir, on décide donc de retourner a Rotorua ce soir pour ne pas reprendre la même route qu’en sortant d’Auckland.

C’est une soirée agréable, et on arrive à Rotorua juste au coucher de soleil. On décide d’aller au camping que Delphine nous avait conseillé, mais comme il fait frais on n’ose pas camper, même si le terrain de camping est chauffe par les sources chaudes. On prend une cabine et on va nous baigner dans les bains d’eau de source chaude, c’est vraiment agréable, et on a de la chance, ca ne sent pas trop fort le souffre.

Quelle journée, et quelle chance nous avons eu d’avoir cette expérience aujourd’hui ! Dans peu de temps on sera de retours en Europe, ça nous semble bien loin.