Punakaiki to Waiuta, New Zealand

Distance: 82 miles
Time on bike: 2.5 hours

Today we continue down the west coast, calling in at Greymouth for food supplies and fuel. Carl also takes the opportunity in the car park to tighten the steering head bearings on his bike. It’s always good to do asks like this near to civilisation, just in case something goes wrong. We then take the main road inland towards the Lewis Pass that goes to Christchurch, but pull off along a small road which leads to the town of Waiuta.

Waiuta was a gold mining town from 1905 to 1951 which is a surprisingly long time for a gold mining town to be running, and only ceased production in the end due to a mine collapse. The reason the place is so appealing, is that it’s been left just as it was when it shut down and it’s possible to see the remnants of the production areas and also some of the buildings in the town.

The town is also still home to the deepest shaft in New Zealand at 879.5 metres, although they have concreted over the head of the shaft so it’s not possible to peer inside. The area is however littered with mine shafts and these have largely been sectioned off with fencing to stop people falling down.

We’d seen some action at the top of the production area with a helicopter doing some lifting; and as we ride to the top we see that he’s lifting containers onto trailers to be transported off the hill. It’s quite impressive to watch the pilot moving the containers only a metre to get them on the trailers and doing it while hanging out the side of the helicopter. Just as we’re about to stop the bikes, Béné then tells Carl that he’s coming  in to land and smarty plonks the helicopter on the top of the mine shaft, only a few metres from where we’ve parked. The speed and precision at which he could land the helicopter left Carl slightly impressed.

We then take a wander around some of the other areas of the mine and also pop in to one of the old houses which was open. There’s a fantastic sense of history seeing the place and by the time we’re ready to go it’s 5 pm and only 45 minutes to sunset. We consider camping here as there’s nobody around, but instead opt to make the most of the remaining daylight to get to the coast and see the sunset as we make our way a bit further south. Our plans however get scuppered when we find the track down is blocked by a low loader that is having difficulty getting up with a big digger on the back.

Our plans change again and instead we opt to ride back up to the old gold mining town and camp there for the night. The sky looks fantastic and as the light fades we have a little bonfire to keep us warm. It’s chilly tonight and we’re camped just next to one of the mine shafts; our first wild camp since being in Pakistan back last September. The town of Waiuta is a deserted gold mining town, but tonight the population is two.

Jour 375 – Jeudi 28 Avril 2011. De Punakaiki à Waiuta, Nouvelle-Zélande.

Distance: 131 km – Temps à moto: 2.5 heures

Aujourd’hui on continue vers le Sud le long de la cote, on fait quelques courses a |Greymouth puis on prend la route vers l’Est pour aller voir Waiuta, un village qui a été construit quand la mine d’Or y a été ouverte en 1905, et dont le village a complètement  été abandonné quand la mine a fermé suite à un effondrement en 1951.

Les maisons y ont été abandonnées etlaissées telle quelle, et on peut y entrer, il y a un sentier qui nous mene a la piscine qui y avait été construite, et on passe quelques maisons dont il ne reste que la cheminée en ciment comme tout était en bois. C’est étonnant de voir que d’autres maisons sont encore en très bon état.

On va aussi voir la ou était le conduit d’entrée de mine le plus profond de la Nouvelle-Zélande, a 879,5 metres, mais bien-sur tout a été fermé et sécurisé pour que les touristes ne soient pas tentés d’y entrer. De grandes parties sont cloturées car elles sont contaminées par les restes des produits chimiques utilisés lors de l’extraction de l’Or qui était incrustée dans du Quartz. Il y a du Mercure et du Cyanure, bref, on n’a pas l’intention de boire l’eau des ruisseaux du coin !

Quand on se garre vers le sommet pour aller voir une partie de la mine, un helicoptere est entrain d’y soulever de grosses cagettes sur des remorques, et il travaille avec une précision impressionnante, on reste a l’observer un moment, pusi alors qu’on décide d’aller un peu plus loin a pieds, il se pose en quelques secondes sur une plaque de béton juste a cote de nous avec une précision impressionnante.

On continue ensuite notre visite de la mine abandonnée. Comme ile st un peu tard, on hésite un peu a camper sur place, c’est un endroit avec de belles vues, il y a des toilettes, et même si il fait frais, on devrait avoir assez chaud, mais comme on n’est pas trop fatigués on décide d’aller un peu plus loin et on reprend les motos. Mais notre plan est rapidement changé quand on doit faire demi-tour pour laisser monter un camion énorme qui passe a peine sur le sentier étroit, il faudrait qu’on attende un bon moment pour le laisser passer, on décide donc de remonter camper dans le village abandonné.

On profite des derniers rayons de soleil pour planter la tente et chercher un peu de bois mort pour faire un feu, et comme on n’a pas trop faim on chauffe juste un peu d’eau pour faire une petite soupe. Le ciel est fantastique et les étoiles, c’est la première fois qu’on fait du camping sauvage depuis le Pakistan, et ce soir il fait vraiment froid. On met toutes nos épaisseurs et quand le feu n’est plus que des braises on rentre dans la tente espérant ne pas trop geler ce soir, on avait vu quelques endroits avec de l’herbe gelée en montant…il ne va pas faire chaud cette nuit !