Napier to Dannevirke, New Zealand

Distance: 78 miles
Time on bike: 1.75 hours

There is a beautiful sunrise this morning over the sea, which for once we can enjoy from the comfort of staying in bed. It’s a relaxed start to the day and we make use of the free wi-fi to get some photos uploaded to the website before getting ready to go.

Unfortunately when we come to leave it’s started to rain, which wasn’t quite what the forecast had suggested. We need to be in Wellington at the bottom of the North Island tomorrow for 1 pm to catch the ferry to the South Island so we need to get some miles done today so we’re not too far away.

After giving the chains a good oil we get on our way. The weather isn’t exactly pleasant and there’s quite a bitter cold wind coming up from the Antarctic, so the heated jackets come out and are plugged in to keep us warm. Thankfully the rain eases up not far out of town and the roads are again pretty quiet so we can just cruise along.

We get to see our first snowy mountains as we ride south, but the weather isn’t really conducive to taking photos today so we’ll just have to keep our fingers crossed that things will improve. According to the forecast this bad spell should pass over by this evening and the weather should be fine for the next seven days.

We arrive in the town of Waipawa and spot a local museum which looks like a good excuse to take a break and hope the weather improves. After a wander around we speak to the Czechoslovakian lady that looks after the place for over thirty minutes about NZ, travelling, working and of course earthquakes.

Thankfully when we come back out the sun is shining, but there’s still a chilly wind blowing. We manage to ride for about another thirty minutes before a McDonald’s is spotted in the town of Dannevirke so we pull in to seek solace in a Big Mac and hot chocolate. We’ve been able to dry off during the last stint of riding, but the weather is changeable and supposed to improve tomorrow so we decide to check out the cabins in the local camp site and call it a day.

It’s only down the road to the holiday park and they have a cabin available for only £23 a night which has heating and a TV, so we have a roof over our heads for tonight and can make an early start in the morning to get down to Wellington.

Once we get unpacked, we retire to the camp kitchen to have a hot chocolate and some doughnuts we bought the night before. This is followed up with reading some literature about the area we’re in, which takes its name after the Danish immigrants that set themselves up here to clear dense forest and bush to create land for farming. It sounds like it was pretty tough back then for the early settlers.

Béné tackles a repair job on Carl’s shorts which have stood up well over the course of the last twelve months, but are wearing in a few places. Nothing a little patch and a bit of stitching can’t fix.

Before we leave the kitchen, we get chatting to a couple of girls, Eve and Helen, who have set off for a year of travelling a couple of months ago. It’s quite nice to chat with them and we don’t see the time go by; when we’re about to go to bed, we look at the clock and it’s already 11.30pm and it’s really cold outside, we’re really glad we’re not camping tonight.

Jour 365 – Lundi 18 Avril 2011. De Napier à Dannevirke, Nouvelle-Zélande.

Distance: 125 km – Temps à moto: 1.75 heures

On est réveillés par un beau lever de soleil sur la mer, dont on profite d’un lit bien confortable. On commence la journée tranquillement en passant un peu de temps sur internet et mettant quelques photos sur le site internet, mais pas de bol, le temps qu’on se prépare et de gros nuages sont arrivés et il a commencé à pleuvoir. Il nous faut être a Wellington demain midi pour prendre le ferry pour l’ile du sud de la Nouvelle-Zélande, et comme c’est assez loin, on a besoin d’avancer un peu aujourd’hui.

On peut se préparer au sec comme le propriétaire de l’hôtel nous a laisser mettre nos motos dans son garage, mais après huiler les chaines il nous faut sortir sous la pluie. Le vent vient directement du Sud, de l’Antarctique, et il est glacé, on sort donc nos vestes chauffantes pour essayer de ne pas avoir trop froid.

On part vers 11 heures, et heureusement il ne pleut pas trop fort et il n’y a pas trop de monde sur les routes. Après une bonne heure de route on aperçoit au loin de grandes montagnes coiffées de nuages, mais qui sont enneigées ! Bref, il fait vraiment froid, et même avec la veste chauffante, on a pas trop envie de rouler longtemps aujourd’hui. Heureusement la météo pour les prochains jours est bien meilleure, ça nous motive un peu.

On arrive dans la ville de Waipawa ou il y a un petit musée, on décide d’y aller essayer de nous réchauffer un peu, ça nous fera une bonne pause. On visite le muse, puis ont passé un moment a papoter avec la jeune qui s’occupe du musée, elle vient de Tchécoslovaquie et habite ici depuis quelques années, on parle de pas mal de choses, de voyages, du travail en Nouvelle-Zélande et des tremblements de terre, puis comme on aperçoit un rayon de soleil par la fenêtre, on décide d’en profiter pour reprendre la route.

Il ne pleut plus trop, mais il fait vraiment froid, on continue un peu plus d’une demi-heure, et quand on passe dans le village de Dannevirke, Carl pointe au panneau publicitaire de Mac Donald et on décide de nous y arrêter pour nous y réchauffer avec un chocolat chaud. On a un peu séché et on a bien avancé, et on décide qu’il ne vaut pas la peine d’aller plus loin aujourd’hui et on va donc au camping le plus proche.

C’est un petit camping sympa et ils ont de petites cabines avec télé et chauffage qui sont à peine plus chères que le camping, on décide d’en profiter comme ça on partira plus tôt le lendemain pour aller à Wellington.

On met nos affaires à sécher dans la cabine, puis on va s’installer dans la cuisine ou on se réchauffe avec un chocolat chaud et des beignets qu’on avait acheté la veille. Carl lis quelques brochures sur la région et apprend que le nom du village ou nous sommes est Danois, nommé après les immigrants qui se sont installés ici pour y pour travailler dans les forêts et créer des terrains fermiers, ce qui avait l’air d’un travail ingrat et mal payé. Pendant ce temps, je passe un peu de temps sur l’ordinateur a écrire le journal, puis quand Carl écrit sa partie du journal, je lui met une pièce de tissu dans l’entre-jambe de ses shorts qui sont usés et qu’il aimerai garder un peu plus longtemps.

Avant qu’on retourne a la cabine, commence a discuter avec deux filles qui sont arrivées en camping-car, Eve et Helen, elles sont parties d’Angleterre pour un voyage d’un an et don discute de nos expériences si longtemps, que quand on regarde l’heure avant d’aller nous coucher, il est déjà 11h30, et il fait vraiment froid dehors. Les filles se préparent des bouillotes car il fait vraiment froid dans leur camping-car, on est bien contents d’avoir notre cabine chauffée !