Auckland, New Zealand

Distance: 44 miles
Time on bike: 2 hours

There is excitement and nervous anticipation this morning as we’re going to see the bikes again for the first time since dropping them off in Brisbane Port on 21 March. All we’ve been told is that we have an appointment with customs and quarantine (MAF) between 8 am and 10 am at the warehouse.

Unfortunately it’s on the other side of Auckland which, although is only a twenty mile drive, means we leave just after 6.30 am to avoid getting stuck in traffic. Everything seems to be going well, although the traffic is terribly slow heading into town, but then Béné realises that she’s forgotten her bike keys.

We don’t have much of an option but to turn back and get the keys and get to the appointment late.  It’s about 7.10 am when we leave the house for the second time and it’s a slow drag to get through Auckland to the other side. We arrive at the airport at about 8.50 am and thankfully the chap from Quarantine has only recently started his inspection. We get the luggage out of the crates, but he seems quite relaxed. He’s already had a look over the bikes and is happy with their condition and he just asks us if there is anything in the luggage which could contain any dirt or seeds. We offer to show him the tent, but otherwise he’s happy to take our word that everything is clean. What a welcome relief after all the hassle we had getting through Australian Quarantine.

After we get issued with the pass certificate from the Quarantine chap we then have to sit around and wait to hear from the shippers what the next stage is. We’d been told that Customs would be inspecting the bike but apparently this isn’t the case and we just need to wait for the Quarantine chap to issue his invoice for charges before the release documents can be issued and we have the bikes.

We leave the bikes tidy and take a drive to the nearby coast where we have a picnic to burn a bit of time while waiting to hear some news about the bikes. On the way, the phone charger decides to pack in and after a bit of investigation we find the wires have broken near the adapter. We have to hold the wires by hand to give the phone a bit of juice.

After a while we decide to pop to a nearby McDonalds to check the internet, but then get a call to say the shipping company are happy to release the bikes, even though the Quarantine charges are yet to be raised. They seem comfortable that we’ll settle the bill, especially as we’re still waiting on the return of the Carnets from Customs. This is great news, so we head straight to the shippers to get the paperwork and then head to the warehouse to collect the bikes.

All seems to be going well, but when we see the bikes again we find out that someone has chucked all the luggage back in the crates and we’re so lucky that it’s not caused any damage to Carl’s bike. It’s incredible that we took so much care to avoid any damage to the bikes, but then some idiot in the warehouse has done this. We had told the manager we’d be coming back and asked if everything was fine to be left, but there was a lesson learned not to trust people.

After about an hour the bikes are out of the crates and we’re ready to go as we just need to fit the parts that were removed to reduce the size of the bikes. The only problem is we still have the car with us, so we both ride into Auckland centre and leave Carl’s bike in Brian’s office car park before hopping back on Béné’s bike to collect the car.

We’d been told that the office would be closed by the time we got back to drop the car off, but decide to give it a go. Although the car park is closed, Carl manages to persuade a car that’s entering the car park to let us in so we can swap the car for Carl’s bike. This goes well, but at 6 pm the big security doors on the car park closes and both the car and the bike are locked inside. Oh dear. Carl then has to call upon the assistance of someone leaving the car park to help us get out, which thankfully goes well.

We’re then back on the bikes for the ride out of Auckland to Brian’s, where we meet up to go for fish and chips on the beach. A great and to the day!

Jour 347 – Jeudi 31 Mars 2011. Auckland, Nouvelle-Zélande.

Distance: 72 km – Temps à moto: 2 heures

On se lève tôt ce matin pour aller récupérer nos motos, on est donc debout juste avant que Brian parte travailler, juste après 6 heures. Après un petit déjeuner rapide avec Caroline qui ne va pas tarder à réveiller les enfants et on sort de la maison avec nos papiers pour les motos et on prend la voiture que Brian nous a prêtée en direction de l’endroit où nos motos vont être testées par les gens de la quarantaine. Malheureusement il y a des bouchons et ça ne bouge pas beaucoup, et en plus après quelques kilomètres de bouchons Carl me demande innocemment ‘ t’as tes clefs de moto ?’ … Eh non ! J’ai oublié la seule chose dont j’avais vraiment besoin… bref, demi-tour rapide et passage chez Brian et Caroline, je prends mes clefs, et comme les bouchons étaient tellement mauvais, on décide de prendre une autre route pour essayer d’arriver à temps au rendez-vous qui est à 8 heures. Il y a plein de trafic vers Auckland, et on n’avance pas très vite, on n’arrive qu’à 8h40, heureusement, le gars de quarantaine a commencé l’inspection tout seul, il est content de ce qu’il a vu pour les motos, et pour nos bagages, il a ouvert une de mes sacoches et il est content, et il ne demande qu’a voir notre tente. Ouf, peu de temps après, il nous donne un papier qui dit qu’on a passé l’inspection ! Super !

La chose suivante est de faire signer le carnet et de recevoir la facture de l’inspection de quarantaine. La jeune du bureau nous laisse attendre sur place un moment, mais une bonne heure plus tard, on apprend que ça ne sera surement pas avant la fin d’après-midi, bref, on décide d’aller faire un tour dans le coin en attendant. Comme d’habitude quand on a vraiment besoin du téléphone, les piles sont plates, et le chargeur ne marche pas bien… on panique un peu et on décide d’essayer d’acheter un autre chargeur, et encore une fois, un autre pépin : les piles du GPS sont mortes, on ne connait pas trop le coin et on ne veut pas trop nous éloigner, bref, on décide d’essayer de réparer le charger de téléphone, et heureusement on y arrive bien, ouf !

On profite du beau temps pour faire un petit pique-nique, puis on passe au Mac Do manger une glace pour faire passer le temps. On reçoit ensuite un coup de fil pour nous dire qu’on peut récupérer les motos, on ne peut pas encore avoir les carnets, mais au moins on peut avoir les motos, c’est mieux que rien.

Quand on arrive au hangar ou on a laissé les motos on est surpris car nos bagages ne sont plus là où on les avait laissé… les gars ont remis les bagages dans la caisse, et pas de bol, ils n’ont pas fait ça délicatement ! Carl est furax ! On a fait tellement attention à nos affaires, on leur a bien demandé si ça allait de les laisser juste à côté des caisses et ils font ça ? Ils auraient pu casser des choses ! C’est pas sympa de leur part, mais heureusement ils n’ont rien cassé, ouf ! On met nos sacoches sur les motos et on prend nos affaires. On hésite un peu entre ramener la voiture a Brian a son bureau en ville, et prendre une moto pour revenir chercher l’autre ou prendre les deux motos et en laisser une au parking a son boulot, puis revenir chercher la voiture. On hésite un peu puis on décide de prendre les motos pour essayer d’être plus rapide et revenir à temps pour essayer de récupérer les papiers au bureau de l’agence de cargo.

Le passage en ville se passe bien et on arrive au bureau de l’agence de cargo juste après 5 heures. Malheureusement, ils n’ont pas les papiers, on pourra les récupérer une autre fois en passant par Auckland. On passe déposer la voiture au bureau de Brian mais il ne reste personne au bureau pour nous ouvrir le garage. Un dame arrive et Carl arrive à la persuader de nous ouvrir, malheureusement on ne peut pas sortir la moto. Carl fini par demander un gars qui sort du garage s’il veut bien attendre deux minutes et nous laisser sortir avec sa clef. Il met toutes les affaires qui sont dans sa voiture sur la moto et sort vite du garage. Ca y est, on a fait presque tout ce qu’on voulait faire aujourd’hui, (sauf les papiers…) on rentre plutôt contents chez Brian et Caroline, et pour fêter ça on va manger un ‘fish and chips’ sur la plage. Quelle journée ! On est contents mais vraiment crevés !