Coober Pedy to Port Augusta, Australia

Distance: 346 miles
Time on bikes: 7.25 hours

Again we have an early start to avoid the heat of the day and escape from central Australia towards the south coast. We felt like we were cooking all night in the tent, as if we were sleeping on a hot plate. We get going at about 6.30 am after a mars bar in the petrol station and leave town. There are a few things to see here like the opal mines and the film set areas, but as it’s so hot during the day, we decide to make a break for it.

The heat starts building up quickly when we get going and even by 8 am we’re glad to be heading out of the centre. We have a break at one of the roadside rest stops and have a chat with the driver of a road train who has lost a wheel from one of his trailers and is trying to secure the axle with a chain so that it doesn’t drag on the road. As there’s no mobile coverage here and he doesn’t have a VHF radio, he’s a bit stuck and it reminds us of the situations we saw in Russia when the truck drivers have to be a bit innovative when it comes to keeping their vehicle mobile.

We then go a while longer before stopping for lunch, having a pot noodle and a milky coffee outside a roadhouse. It’s a lot of long straight roads today, and not much to see until we arrive in areas where there are dried out salt lakes. One of them goes as far as the eye can see. We go for a walk on one lake and have a chat with a lady and her young lad who is cycling on the thick layer of salt. It’s funny to walk on and there’s a bit of a feeling for how formidable the landscape is if you ever got stuck out here. As it’s Béné’s nephew’s birthday today, we write him a birthday message in the salt. It’s surprising how hard the surface is, but we manage to scribe a note in the layer of salt.

After our little walk we get back to the bikes and get on our way to Port Augusta. We put the tent up and then have dinner before going for a walk in the town. It’s a fair walk but it’s just a nice temperature, and we are really happy to cool down as the air is much more pleasant now we’re nearing the south coast.

As the supermarket is still open, we stock up on provisions. Carl spots a great deal for Milo hot chocolate: 1kg for the price of 500g. There’s only a few seconds of hesitation before we decide we will find space for it. On the way back to the campsite we see a great little pushbike that has been modified and now has a little petrol tank and a little motor, it looks brilliant. Why can’t we have something like this back home?

Jour 284 – Jeudi 27 Janvier 2011. De Coober Pedy a Port Augusta, Australie.

Distance: 553km – Temps à moto: 7,25 heures

On se lève tot pour echapper a la chaleur au plus vite, il y aurai des choses a voir ici: les mines d’opale et les lieux de tournages de deux filmes, mais on a hate de nous rafraichir en allant au plus vite au sud, on a mal dormi cette nuit car on avait l’impression de dormer sur une pierrade. On prend la route vers 6h30 apres une barre de chocolat a la station d’essence… il n’y a rien d’autre a manger ici avant 8 heures.

Des que le soleil se lève la chaleur commence à monter rapidement. On roule un bon moment avant de prendre une petite pause. Sur le parking on discute un peu avec un camionneur qui un un des ‘train de route’ que l’on voit passer ici, ce sont de gros camions avec jusqu’à 4 remorques, ils sont vraiment impressionnants. Il a eu une creuvaison et l’essieu est abimé, il n’a pas de pneu de rechange et il essaye d’attacher l’essieu pour le soutenir et aller jusqu’au prochain garage, il nous dit que s’il laisse la remorque ici elle sera vandalisée.

On roule deux heures de plus avant de nous arrêter pour manger, il y a un petit caffé ou on prend des nouilles et un caffé au lait. Il n’y a pas grand-chose sur cette route jusqu’à ce qu’on arrive dans une région où il y a plein de lacs salés qui sont secs en ce moment, il y a donc une croutte épaisse de sel sur le sol. Cetrains sont énormes. On s’arrête a l’un des lacs pour nous y promener. C’est drôle de marcher sur la croute de sel. Comme c’est l’anniversaire de Raphael, on lui écrit un message sur le sel qu’on espère lui envoyer beintôt, mais comme on n’a pas souvent accès a intenet ici ca sera dans quelques jours. La surface est bien plus dure que ce qu’on pensait et c’est en fait assez difficile a faire. On rencontre aussi une dame et son petit garcon qui fait un tour a vélo sur le lac, mais on ne reste pas longtemps, il fait très chaud, et le sel nous éblouit comme de la neige.

On reprend ensuite la route pour aller jusqu’à Port Augusta. On trouve un camping sympa et on s’installe pour manger et on monte la tente. Des voisins avec qui on discute nous offrent un dessert, des petites tartelettes faites maison, on les apprécie vraiment, ca faisit un moment qu’on n’avait pas mangé de bonne patisserie !

La température ici est déjà bien plus agréable comme on est au bord d’un estuaire, ca fait du bien. Comme il fait bon on décide d’aller en ville pour essayer d’y acheter de quoi manger pour le petit déjeuner. C’est assez loin, une bonne demie heure a pieds, mais comme il fait bon on en profite. Il est déjà 9 heures, mais on a de la chance et un supermarché est ouvert. Carl trouve une boite de Milo qui est comme l’Ovomaltine qui est a moitié prix, c’est un kilo, mais on décide qu’on lui trouvera une place sur la moto. En sortant il y a un super vélo qui a été modifié et qui a un petit réservoir d’essence et un petit moteur, on trouve ca super, c’est étonnant qu’il n ;y en ait pas sur le marché, c’est bien plus petit qu’un scooter mais ca doit donner un bon coup de main dans les montées.

On rentre ensuite au camping d’où on appelle mes parents avant d’aller nous coucher.