Ti Tree to Alice Springs, Australia

Distance: 127 miles
Time on bikes: 3 hours

It’s an early start as the sun hits the tent at about 6.30 am. For fear of being cooked alive, we get up and out of the tent and decide to get packed away so we can make the most of the relatively cool morning air on the bikes. After a few slices of fruit cake, and some petrol in the tanks we get on our way at 7.45 am.

It’s about 120 miles to Alice Springs and we should get there about 10.10 am, but on the way have a few things to see. The first that catches our eyes are a couple of huge statues, so we pull in to get some photographs. Unfortunately Carl’s bike stalls when doing a u-turn and doesn’t want to re-start. This is never a good thing, but something similar happened in Kyrgyzstan and we put that down to some bad fuel. There’s petrol getting through the system as we can smell it from the exhaust and after a couple of attempts at a bump start, the engine is running again.

Carl gets on his way, while Béné catches up and hopes the bikes will keep running until Alice Springs in case we need to get any maintenance or checks done. Unfortunately Béné also has a problem as the overheating light comes on, so she stops the bike for a couple of minutes as a precaution and all seems well when it restarts. These things really knock your confidence, especially as we’re planning on riding off into the desert over the next couple of days to see a couple of the sights in Central Australia.

The bikes seem to behave, but we keep the speed to below 55 mph so they aren’t stressed in the ever rising temperature. When we set off, the air was a nice 26 degrees, but by 9 am it’s over 35 degrees. On the way down we stop at the Tropic of Capricorn and then pass a monument which states we’re now at the highest point of the Highway between Darwin and Adelaide, which according to the GPS is at 778 metres above sea level.

There was some trepidation when we stopped the bikes, but all seems to be fine with them now. But maybe we’ll give them a check over when we get to Alice Springs.

It’s 10.30 am when we arrive in Alice and the first stop is the Motor Vehicle Registry to sort out registration and insurance of the bikes. We’ve ridden 932 miles of the Stuart Highway from Darwin to here over the last few days. To put that in perspective, the distance from London to Edinburgh is 384 miles. It’s actually been a lovely ride and the miles seem to have just flown by.

There’s a very helpful chap in the Registry, but as usual the rules and regulations aren’t clear. We get told that they can only deal with the registration for their own state, and we’ll need to go through the same procedure for the next six states we’ll be travelling through. But there’s some grey area over whether their insurance will cover us in the rest of Australia. First of all we’re told it won’t, but then we’re told it will. We take out the cover for two months and this costs about £70 per bike, which is on top of the £30 it cost us for each bike to have a five minute check over for compliance.

We get chatting to a couple of nice people in the registry. The first is a chap from Nepal, which was a bit bizarre. The other guy is called Thomas and is from France. He tells us that he’s planning to do a motorbike trip around South America, so we get chatting and he kindly offers for us to stay over at his place tonight. Our plans we’re to go to a place called Kings Canyon, but there’s nothing stopping us changing our plans.

We then pop over to Tourist Information to ask about the state of the roads for getting to Kings Canyon, but get told that the unsealed section we’d planned to do is in a bad condition and has a corrugated surface for about 120 miles. That doesn’t sound too appealing as it’d be tough going on both us and the bikes. There’s an alternative route, going further south, which means we’ll stick to sealed roads, but we’ll decide what to do tomorrow as we’ve decided to spend this evening in Alice Springs.

We pop to the supermarket in town to get something to eat and then take a picnic to the Botanical Gardens where we spend the next hour.

In the afternoon we get a text from Thomas who we’d met at the Vehicle Registry office in the morning and he shows us his place where we can stay tonight. It’s incredibly kind of him, as we’ve only just met him. As he’s working today, we leave the bikes at his house and go to visit the information centre about the Royal Flying Doctor Service and manage to catch the last tour at 4 pm.

This is an interesting place and it gives some appreciation of just how big a place Australia is and the coverage they need to provide.

We then get back to the bikes where we do a bit of maintenance. Béné checks the coolant level on her bike, which is a bit low We also find that both bikes have a bit of moisture in the oil tanks around the filler cap. This is probably just down to moisture from the air, or when the bikes have gone from hot to cold during some of the colossal showers we’ve ridden through which dramatically lower the air temperature by as much as ten degrees within minutes. Carl also replaces some more bolts on his panniers and we fit the side stand switch to Béné’s bike.

In the evening we chat with Thomas about the trip and have a look through some of the photos over a couple of beers. We have to say a huge thanks for his hospitality. He may be French, but he’s alright.

Jour 276 – Mercredi 19 Janvier 2011. De Ti Tree a Alice Springs, Australie.

Distance: 203 km – Temps à moto: 3 heures

Ce matin le réveil sonne à 6h30 pour profiter du peu de fraicheur qu’on risque d’avoir. On est plus au Sud et il n’y aura surement pas de nuages, et la température risque de monter à plus de 38 degrés. Il fait un temps magnifique, le soleil est déjà levé et la température commence déjà a monter. Le temps de plier nos affaires et de manger un morceau de gateau aux fruits secs qu’on a acheté la veille, et on est sur le départ a 7h30. On a été obligés de partager notre gateau avec le phaon du camping qui était persistant et ne nous aurai pas laissé partir sans partager un peu de ce petit déjeuner.

On prend de l’essence en partant et on est bien contents de nous êtres levés si tôt il fait 24 degrés et c’est une température vraiment agréable. Notre première pause est au village d’Aileron, ou on n’avait pas prévu de nous arreter, mais comme on voit de grandes statues de la route on s’arrete prendre une photo. Mais alors que Carl fait demi-tour pour revenir prendre une meilleure photo, sa moto cale et refuse de redémarrer. Ca nous était déjà arrivé une fois il y a longtemps, et on a réussi a redémarrer en la poussant, on essaye donc la même chose et au bout de trois essais ca marche. Carl prend donc la route et le temps de reprendre mon souffle et j’essaye de le rattraper. Encore une fois, chose très bizare, mais ma moto me donne signe de surchauffe du moteur… je m’arrete donc deux minutes au bord de la route, et j’etteind le moteur. Deux minutes plus tard, le le ralume et il n’y a plus de voyant allumé, je repars donc et je rattrape rapidement Carl qui se demande où je suis passée et hésite à faire demi-tour comme il a peur de caller à nouveau… étrange, mais les deux motos semblent rouler sans problème… on verra bien.

La temperature est déja à plus de 35 degrés et ca va encore bien monter avant midi. On fait une petite pause au passage du tropic du capricorne, on va sortir de la zone la plus chaude… enfin bon en théorie, comme on est au centre de l’Australie les températures vont rester hautes un bon moment. On s’arrête aussi au point le plus haut de la ‘Stuart Highway’ qui est a 778 mètres, mais on ne s’arrête pas longtemps, juste le temps de boire un coup et de repartir sinon on surchauffe trop. Heureusement les deux motos ne semblent pas montrer d’autre problemes et on continue a bien avancer.

On arrive a la ville d’Alice Springs a 10h30 et on va directement au centre d’enregistrement des motos ou on doit faire un papier officiel pour mettre nos vehicules sur le système du pays et y acheter une assurance, on n’a pas pu le faire jusqu’à présent. Le système n’est pas très clair et on n’est pas très surs si on peut avoir une assurance pour toute l’Australie ou si on doit refaire les memes paperasses dans chaque région. Le gars nous explique que l’assurance est seulement pour la région du Territoire du Nord, mais qu’elle marche assez lontemps pour atteindre la ville importante de la région suivante, et il nous admet que l’assurance devrait être national. Berf, no n’est pas trop surs, mais on prend l’assurance pour 3 mois et elle devrai nous couvrir partout, ca nous évite de faire plus de paperasses.

Alors qu’on attend qu’une partie des procédures soit faite, on discute un moment avec un gars qui viens du Népal, puis avec Thomas, un francais qui travaille a Alice Springs en ce moment et qui est intéressé par notre périple comme il espère faire une virée a moto en Amérique du Sud. Une fois nos papiers remplis et avoir payé notre assurance, on discute encore un peu avec Thomas, et quand on lui demande où il nous conseille de rester ce soir, il nous offre gentilment de rester chez lui, il nous appelera dans l’après-midi pour nous retrouver en ville.

On passé au centre d’information touristique pour leur demander des conseils pour la route d’accès a ‘Kings Canyon’ car il y a une route en gravier, ou en passant plus au Sud, on peut prendre une route macaddamée. Ils nous disent que la route en gravier n’est pas bonne et qu’on y risque une creuvaison et qu’il y a peu de passage ou d’ombre, ca ne nous motive pas trop, on décidera demain comme on va rester chez Thomas ce soir.

On passe au supermarché pour y prendre de quoi pique-niquer, puis Thomas viens nous retrouver pour nous montrer ou il habite. On y laisse nos affaires et on se change rapidement, puis on ressort pour passer l’après-midi dans Alice Springs alors que Thomas retourne travailler.

On va visiter le centre des docteurs volants, un service médical qui permet aux personnes les plus isolées de pouvoir recevoir un minimum de support médical, surtout en cas d’urgence. C’est un service qui est partiellement subventionné par l’état, mais qui tourne pricipalement grace a l’aide de  donnations du public et de nombreux bénévols.

Il y a une présentation interessante qui nous donne une bonne idée de la taille du pays et de la difficulté d’accès a une aide médicale pour une partie des australiens.

Quand on retourne a la maison de Thomas, je vérifie le niveau de non liquide de refroidissementqui est un peu bas, mais pas trop, j’y rajoute un peu d’eau. Je vérifie ensuite mon niveau d’huile et il y a un peu de condensation en haut du réservoir. On n’est pas surs, mais Carl pense que ca n’est pas un gros problème, que c’est juste du a un peu d’humidité dans l’huile. On l’essuie et on espère que ca n’est rien de trop important.

Carl passe un bon moment a réparer les boulons sur les saccoches, ca devrait êe la dernière fois cette fois-ci, puis il remplace aussi le detecteur sur ma béquille qui permet de detecter si la béquille n’est pas relevée quand je démarre.

On passe ensuite une agréable soirée a discuter avec Thomas en buvant une bière ou deux, c’est vraiment sympa de sa part de nous acceuillir chez lui et on espère que nous avoir rencontré l’aidera a organiser son voyage a moto en Amérique du Sud.