Kathmandu, Nepal.

Distance: 0 miles
Time on bikes: 0 hours

We wake up rested, thankful that we’ve made it with the bikes to Kathmandu. We start with a lovely breakfast sat outside in the garden of the hotel and then head out to meet Suraj of Eagle Exports. Carl had been in touch with Suraj by email since about January to arrange for shipment of the motorbikes from Kathmandu to Bangkok and he’s been a great support and a very calming influence for what we think will be a slightly stressful experience. It’ll be the first time the bikes have been on an aeroplane and the thought of packing them into crates and dealing with the logistics, bureaucracy, paperwork as well as the cost seems a bit daunting. Suraj though has been a great support and we’ve been in regular contact to confirm our whereabouts and timing.

When we get to his office, we soon have the flights booked for Friday, when the bikes will be joining us on the same plane and then head back to the hotel with Suraj and his carpenter to measure up the bikes. It’s very important to pack the bikes as small as possible, as the cost for freighting the bikes is largely dependent on the size of crate, as opposed to the actual weight of the bikes. In order to make the crate as small as possible we’ll need to remove the front wheel, the handle bars, luggage, let air out of the tyres and compress the suspension.

With the bikes measured up, the carpenter sets off to start building a couple of boxes for us to put the bikes in. We then head off for a walk around Kathmandu, which turned out to be a much more pleasant place than we’d been expecting. After speaking to many people in Pokhara, we were expecting a hell hole of pollution, traffic jams and crammed streets. Thankfully, this lowering of our expectations led us to warm to the place.

We start by dropping the rafting film off for developing and then hop in a cycle rickshaw to see some of the sights of Kathmandu. The first place we see is Durbar Square which is very busy and buzzing with activity. There are lots of temples and we take a walk around, taking a stroll to the top of one of the temples for the view. We then pop inside the museum – a huge place with a maze of rooms and so many pictures. There’s no option but to follow the arrows and at one point we don’t think we’ll ever get out.

We finally manage to escape and get another cycle rickshaw ride to a place called the Gardens of Dreams. After being in the bustling streets of Kathmandu, this was a great, quiet, lovely place but the café there is so expensive. Instead, we pop out to get drinks and a picnic and spend an hour in the park until it gets dark writing the journal and enjoying the peace.

In the early evening we get back to Suraj’s office and have a couple of beers with him and his friend, talking about differences between Europe and Asia and their beliefs. Suraj tells us about the Nepali motto of ‘one life one wife’ and after showing them some photos of our trip we head to a little restaurant at 9 pm before getting back to hotel.

Jour 191 – Mardi 26 Octobre 2010. Katmandu, Népal

Distance: 0 km – Temps a moto: 0 heures

Après une bonne nuit de repos, nous nous réveillons contents d’être arrives a Katmandu. On prend le petit déjeuner sur la terrasse du restaurant avant d’aller voir Suraj de ‘Eagle export’ pour organiser l’envoi des motos par avion de Katmandu à Bangkok. On a été en contact avec Suraj depuis Janvier quand on lui avait demande une idée du cout d’envoi des motos et nous sommes contents d’enfin faire sa connaissance. Il est très calme et semble savoir ce qu’il fait, il montre qu’il veut faire de son mieux et qu’il veut savoir ce qu’on pense de son service. Il sait aussi que nous connaissons plusieurs motards qui sont en route pour Katmandu et qui vont surement le contacter pour faire la même chose, il est donc important pour lui que nous soyons satisfaits.

Nous sommes un peu nerveux comme c’est la première fois qu’on va envoyer les motos par avion, mais son attitude très relax nous réconforte. Il nous dit de ne pas nous inquiéter, qu’il s’occupe de tout ce qui est paperasses et que la seule chose que nous pouvons faire et de l’aider à mettre les motos ‘en boite’. Le cout est assez cher, près de 650 euro pour chaque moto, mais nous savions que ca serai le cas.

Il nous confirme en peu de temps que nous pouvons mettre les motos sur l’avion vendredi et que nous pouvons réserver des places sur le même avion. Il appelle ensuite son charpentier qui vient mesurer les motos peu avant midi. Il est jeune mais semble avoir fait ca avant et sait exactement comment nous pouvons faire une boite la plus petite possible, ce qui est important comme le prix dépend du volume de la boite. Pour cela nous devrons enlever les roues avant, démonter les guidons  et les sacoches. Une fois les mesures prises nous n’avons qu’une chose à faire : attendre que les boites soient prêtes pour emballer les motos.

Nous en profitons donc pour aller visiter la ville de Katmandu. On nous avait dit que la ville était stressante, pleine de bouchons et malodorante, nous nous attendions donc au pire et trouvons la ville plutôt agréable. Nous commençons par prendre un taxi pour aller à la place Durbar, c’est un quartier piéton très touristique ou il y a de nombreux temples. Nous nous baladons autours, puis entrons dans celui ou nous pouvons monter au cinquième étage et passer dans un musée. C’est un musée qui s’étale dans de nombreuses pièces et nous semble comme un labyrinthe sans fin, il est très intéressant, mais vraiment trop grand a notre gout.

Quand nous sortons, nous prenons un ‘taxi-vélo’ pour aller au jardin des rêves. Après la foule de la partie touristique nous sommes contents d’y trouver un petit jardin tout calme et très bien maintenu. Malheureusement nous avons faim et soif, et le café qui est dedans est hors de prix, nous sortons donc le temps de trouver de quoi faire un petit pique-nique avant d’y retourner nous y pauser pendant une bonne heure et profiter de ce bel endroit paisible.

Nous retrouvons ensuite Suraj qui nous a invités à le retrouver ce soir pour boire une petite bière pour célébrer notre arrivée à Katmandu et l’organisation de l’envoi des motos. Nous passons une soirée agréable avec lui et un de ses amis, discutant des différences d’attitudes entre l’Asie et l’Europe. Suraj nous dit qu’au Népal il y a une phrase qui dit : ‘une vie, une femme’. Nous leur montrons quelques unes de nos photos, puis nous allons ensemble manger dans un petit restaurant avant de retourner à l’hôtel.